Les nouvelles conventions liant les associations au Département de Paris pour la mission de Prévention  Spécialisée ont été approuvées par le conseil de Paris en novembre (vous trouverez la vidéo ici, à 3h46). Elles dureront 4 ans, et non plus 3. Cela laissera plus de temps à chaque équipe entre deux renouvellements.

Ces conventions doivent encore être signées par les associations, aussi nous ne vous proposons ici qu’un retour sur les nouveaux axes prioritaires définis par le Département. Voici donc la nouvelle liste :

1. contribuer par sa mission éducative à la protection de l’enfance ;

2. assurer une présence éducative et de référence d’adulte dans l’espace public ;

3. agir à l’encontre des différents processus de marginalisation et des points de ruptures tels que le
décrochage scolaire ;

4. développer des actions destinées à favoriser l’insertion et la réinsertion sociale et professionnelle des jeunes en difficulté ;

5. développer des supports et des espaces qui permettent de favoriser l’égalité homme/femme ;

6. interroger les transmissions identitaires et participer à une dynamique sur l’inter culturalité dans
les quartiers;

7. engager des relations avec les familles, favoriser et conforter l’autorité parentale ;

8. faciliter l’accès aux soins des jeunes et notamment porter une attention particulière aux risques d’addiction ;

9. concourir, par son action auprès des jeunes en grande difficulté et par des liens partenariaux, à la prévention de la délinquance et notamment aux manifestations violentes des jeunes sur la voie publique ;

10. alerter sur les évolutions sociales et sociétales de leurs territoires d’implantation ;

11. être vigilant aux évolutions des relations entre les jeunes notamment via l’usage des réseaux
sociaux.

Les points 2 et 11 sont nouveaux, tout comme l’attention particulière à porter aux risques d’addiction ainsi qu’aux manifestations violentes des jeunes sur la voie publique. Concernant ce dernier point, ainsi que sur le sujet des réseaux sociaux, les associations ont décidé de travailler conjointement, au sein du CPSP, sur un socle commun, qui sera décliné dans chaque structure.