Le contrat 2015-2020 : place de la PS

Ne sont présentées ici que les mesures pour lesquelles la Prévention spécialisée est nommément citée.

Axe 1 : accompagner les parcours et prévenir les ruptures

1.1  Construire des trajectoires scolaires et éducatives positives

Trois grands axes ressortent :

  • Lutter contre le décrochage scolaire
  • Promouvoir la santé et le bien-être des enfants
  • Accompagner les parents dans le rôle de co-éducateur.

Ce volet devra être décliné dans le Projet Educatif Départemental de Territoire (PEDT) ainsi que dans la stratégie pour l’enfance de Paris. Les objectifs visés sont :

  • Diminution du nombre de décrocheurs
  • Diminution de l’écart dans la réussite au brevet entre élèves des QPV et les autres
  • Diminution de l’écart dans le taux de passage en seconde générale ou technique entre élèves des QPV et les autres
  • Favoriser la socialisation
  • Accompagner les parents et soutenir les familles en les aidant à concilier vies professionnelle, familiale et sociale
  • Renforcer la mixité sociale, lutter contre le racisme et les discriminations, promouvoir l’égalité femmes hommes dans le système éducatif.

« Afin de prévenir les situations de décrochage scolaire et d’exclusion, chaque établissement scolaire sera encouragé à passer une convention de coopération avec le club de prévention et/ou le centre social intervenant sur son secteur. Cette coopération permettra le repérage et le suivi dans et en dehors des élèves en situation de décrochage et l’accompagnement des familles dans leur relation avec l’institution scolaire. »

1.2  Sécuriser les parcours professionnels

Le public prioritairement visé est celui des jeunes en situation de décrochage scolaire et des jeunes suivis par la PJJ.

Ce volet sera décliné dans le Plan Local pour l’Insertion et l’Emploi (PLIE).

Le constat est celui d’une mobilité professionnelle des jeunes non diplômés des QPV limitée par des freins matériels (permis de conduire), par des ruptures dans les parcours, par une autocensure.

La Prévention spécialisée est attendue pour intégrer les chantiers éducatifs et les chantiers école dans une logique de parcours. 20 convention par an seront signées entre acteurs de l’insertion et entreprises avec une implication forte des clubs de prévention et des centres sociaux.

« Nous mobiliserons les entreprises du territoire, les artisans et les commerçants et les inciterons à nouer des partenariats privilégiés avec les clubs de prévention et/ou les centres sociaux, les associations de quartier. Des parcours personnalisés vers l’emploi seront privilégiés en lien avec les acteurs de la politique de l’emploi, notamment la Mission Locale. »

Axe 2 : Vivre sa ville et son quartier

L’espace public doit pouvoir davantage être adapté, pacifié et mobilisé par les familles, les adolescents, les enfants. Il s’agit de passer de l’espace public à l’espace commun, et cela suppose une appropriation, une implication et une responsabilité des habitants.

La PS est visée pour une meilleure information des clubs de prévention sur l’existence des rallyes citoyens. Elle est également concernée par la facilitation de l’organisation de manifestations festives dans l’espace public. Enfin, il s’agira de faciliter les chantiers éducatifs, les chantiers-école et de promouvoir les chantiers d’insertion sur les quartiers.

Axe 3 : dynamiser les quartiers de la ville

Il s’agit de favoriser l’expression de l’identité des quartiers, de valoriser les actions menées dans des espaces emblématiques, de valoriser la connaissance de l’histoire d’un quartier.

La gouvernance du contrat de ville

A Paris :

  • Un Copil rassemblera les partenaires signataires deux fois par an, notamment pour fixer les priorités de l’appel à projet annuel ;
  • Une direction de projet sera assurée par le préfet, l’adjointe à la Mairie en charge de la Politique de la Ville, la direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) de la préfecture et la direction de la démocratie des citoyens et des territoires de la Ville de Paris. Ce comité se réunira trois fois par an.

La mise en œuvre se fera par :

  • Pour la préfecture : les délégués du Préfet, le pôle politique de la Ville de la DDCS
  • Pour la Ville : par la sous-direction de la politique  de la Ville et de l’action citoyenne de la DDCT, par les mission politique de la ville et les EDL (dans les territoires), par la mission expertise thématique et ses chargés de mission (pour la ville entière), par le pôle ressources (qualification, formation), par le pôle subvention.

 

Dans le préambule du contrat est précisé la création à venir d’une cellule de repérage des discriminations et actes racistes et antisémites avec une formation des personnels de la Ville au repérage de ces situations.

Le budget participatif et les fonds VVV seront utilisés pour financer des projets concernant :

  • La promotion du vivre ensemble, la lutte contre les préjugés, le racisme et les discriminations ;
  • La mise en valeur de la laïcité, le renforcement de la citoyenneté ;
  • Le travail sur le droit à l’image, la maîtrise des réseaux sociaux, l’éducation à Internet.

L’un des objectifs de ce contrat est de multiplier par 2 le nombre de jeunes accueillis par la Ville de Paris en service civique.

Une plateforme sera créée de mise en relation entre bénévoles et associations, et de promotion de l’engagement bénévole en direction des jeunes.

Le plan parisien de lutte contre les discriminations ainsi que le plan global d’égalité femmes hommes à Paris viendront compléter le contrat.

Ce contrat doit être décliné dans des projets de territoire.

Bilan CUCS (contrat urbain de cohésion sociale) 2007-2014

La scolarité

Contrat local d’accompagnement scolaire, ALEM, coup de pouce, AFM6, action collégiens. 11 équipes pluridisciplinaires pour le programme de réussite éducative. Chantiers éducatifs, d’insertion, chantiers-écoles.

Trois Zones d’éducation prioritaires (ZEP) : Barbès-Goutte d’Or et Château Rouge dans le 18ème, Stalingrad dans le 19ème et Orteaux Réunion Saint Blaise dans le 20ème.

La tranquillité publique

Dispositifs VVV, FIPD, correspondants de nuit dans les 9 périmètres politique de la ville, des inspecteurs de sécurité, un dispositif de tranquillité séniors.

Autres dispositifs

Régies de quartier.

Ateliers santé ville

200 postes d’emplois aidés d’adultes relais.

Des quartiers « en dégradation »

Dans le 18ème, la porte de Montmartre, dans le 19ème Flandre et Danube-Solidarité, dans le 20ème la porte de Montreuil sont des quartiers considérés comme en dégradation.

Une nouvelle cartographie des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville (QPV)

La nouvelle cartographie s’est basée sur des espaces territoriaux dans lesquels on rencontre une quantité importante de ménage à bas revenu (à Paris, moins de 12.800€). 20 zones ont été retenues à Paris, touchant 150.460 habitants. Certains quartiers ont été placés en veille active (sur la carte VA) : ils bénéficient de l’ingénierie de la politique de la ville, d’une mobilisation accrue du droit commun, de la réussite éducative et du maintien des adultes relais.