L’équipe de Prévention spécialisée de La Clairière (qui existe depuis 1972, depuis 1981 sur les Halles) s’est vu confier pour 2016 des missions spécifiques, appuyées sur la connaissance du territoire Paris centre de l’équipe. Elle mène donc une double mission : celle de médiation sociale et prévention jeunesse et celle de diagnostic social.

 

Une mission de médiation sociale

La mission « classique » de Prévention spécialisée menée par cette équipe (devenue équipe unique de 8 éducateurs) couvre les 12/25 ans d’un territoire partagé sur les quatre arrondissements du centre de Paris. Elle inclue pour 2016 une mission spécifique de médiation sociale, qui consiste à créer et réparer le lien social, à pacifier les conflits de la vie quotidienne pour ces jeunes en difficulté, à réintégrer du collectif dans les espaces publics. Si cette mission est habituellement pleinement intégrée à celle de la Prévention spécialisée puisque les éducateurs travaillent dans et avec le milieu de vie des jeunes, un focus particulier est mis ici sur cette question, notamment afin d’accompagner la restructuration de l’espace des Halles.

 

Un diagnostic social

Le diagnostic social demandé, lui, consiste à identifier les publics présents sur le territoire, à les caractériser, à identifier leurs besoins et les réponses existantes, mais également à faire remonter, du point de vue de la Prévention spécialisée, les réponses complémentaires qui pourraient être apportées. Il est attendu que ce diagnostic soit mené du point de vue de l’équipe de PS, acteur inclu dans un maillage d’autres acteurs complémentaires, également implantés sur le territoire. Cette mission, limitée dans le temps, prend appui sur l’observation sociale, pour laquelle la PS est reconnue comme acteur incontournable. Néanmoins, il a fallu aménager certains horaires (quelques tranches horaires réalisées les matins très tôt, à des heures auxquelles le public habituel de PS n’est pas présent par exemple). Une professionnelle extérieure va accompagner cette équipe solide et implantée à la formalisation de ses observations afin de permettre un premier bilan de parcours en juin, mais surtout une remise d’un diagnostic fin 2016.

 

Des limites à ces actions

Si les missions qui ont été confiées ici relèvent des compétences des équipes de Prévention spécialisée, elles ne sont pas sans rencontrer quelques limites. La durée de la convention entre le Département et l’Association, d’un an (cadre exceptionnel instauré pour deux associations en 2016), se révèle insécurisant pour des éducateurs amenés à installer leur implantation dans le temps. La pluralité des tâches à accomplir, qui n’a pas été accompagnée de moyens supplémentaires conséquents, demande une organisation séquentielle et segmentée qui dénote avec le caractère généraliste des interventions de Prévention spécialisée. Enfin, ces missions se réalisent dans un contexte territorial mouvant à trois titres : le territoire sur lequel l’équipe est missionné a évolué, puisque la gare Saint-Lazare n’est plus couverte et que l’équipe reprend le 3ème arrondissement de Paris ; les travaux réalisés sur les Halles, toujours en cours, préfigurent des appropriations de territoire mouvantes par des publics également mouvants dans le temps ; l’avenir du Centre de Paris et celui des quatre premiers arrondissements qui le composent font entrer des enjeux politiques avec lesquels  l’équipe doit composer.

D’après les éléments fournis par la Directrice du pôle La Clairière du CASP, Chansia Euphrosine et son adjoint, Brahim Messaci