Idée 93 regroupe toutes les associations de protection de l’enfance de Seine-Saint-Denis, dont les neuf associations de PS du département. En partenariat avec le conseil général, elle a sorti une brochure sur la PS dans le 93 (disponible ici), élaborée par un groupe composé d’éducateurs, de chefs de service, de directeurs et d’administrateurs.

L’exacerbation des difficultés d’une fraction des jeunes y est formalisée : les familles en grande difficulté sociale, les conflits entre pairs, les difficultés à vivre ensemble au sein des communauté de résidence affaiblissent les soutiens sociaux et renforcent isolement, sentiment de disqualification et emprise des petits groupes. Cela se combine à des problèmes récurrents d’insertion professionnelle et d’accès aux droits et à la citoyenneté. Les profils des jeunes concernés sont diversifiés, par l’âge, le genre, ou encore les moments de la vie avec des temps d’exacerbation des risques de marginalisation.

Concernant l’identité de la PS, de nouveau les capacité aux diagnostics, à l’évaluation des dynamiques sont l’objet d’une expertise reconnue, tout comme la capacité à articuler ses pratiques éducatives de proximité avec un panel de dispositifs institutionnels. Ses contributions originales en matière de prévention de la délinquance et de sécurité, sans déroger à ce qui conditionne les relations de confiance avec les publics sont soulignées. Transversalement, la PS de Seine-Saint-Denis affirme son orientation politique et culturelle dans la protection de l’enfance. Elle prône également un positionnement se démarquant de l’assistance, de la disqualification des capacités des personnes, du primat donné à la gestion et au contrôle.

Parmi les axes forts de son action sont soulignés : le travail avec les groupes naturels, l’accroche avec les filles, l’accès aux dispositifs d’insertion sociale et professionnelles, les actions collectifs, le développement du pouvoir d’agir, l’engagement de recherches-actions. Dans ses modalités d’action, aux côtés des accompagnements individuels, le travail de rue prend bien sûr toute sa place, la rue tant appréhendée comme un espace intermédiaire entre espace privé et espace des institutions, comme espace de vie, d’échanges et d’activités.

La temporalité est également abordée, ou plus exactement leS temporalitéS, du travail en amont au travail de long court en passant par les interactions immédiates avec les jeunes et leurs familles.

Pour « parler de résultats », Idée 93 propose une approche axée sur les processus, la dynamique enclenchée par les jeunes. En complément, il convient d’expliquer ce que le soutien et l’accompagnement effectués font « économiser » à la société et aux collectivités. Plusieurs pistes de développement sont relevées, et notamment la description des actes propres au travail de rue pour mieux faire comprendre le quotidien du travail.

Une rencontre entre le CPSP, Idée 93 et l’UDAPS94 est prévue prochainement, et devrait permettre d’envisager nos enjeux futurs communs.