M. Noblecourt, Délégué interministériel à la lutte contre la pauvreté a annoncé de nombreuses mesures pour lutter contre la pauvreté des jeunes. Notamment, il a annoncé 5 millions d’euros pour créer 1000 postes en prévention spécialisée… Calculatrice à l’appui, la salle lui a demandé des précisions… il s’avère que ce seront bien 5 millions (et non 50), mais pour créer 100 postes… Du soutien à la PS, donc, mais pas autant que nous l’aurions espéré…

 

Une table ronde sur la gouvernance de la Prévention Spécialisée nous a permis d’avoir la présentation des Groupements d’Intérêt Public (GIP) ainsi que des équipes en « régie directe » des Départements. Ces deux modalités sont intéressantes, mais une Présidente d’association nous a rappelé l’importance des administrateurs « issus du civil » dans l’histoire et l’inventivité de la Prévention Spécialisée.

Les collègues de Genève sont venus nous expliquer en quoi la Prévention Spécialisée française et la notion de cohésion sociale ont largement influencé la création des Travailleurs Sociaux Hors les Murs. En effet, malgré la forte croissance économique de Genève, on voit des tensions sociales liées à la cohabitation dans un contexte de mixité sociale. On assiste à des replis sur soi. Les jeunes en rupture de formation sont visiblement présents. Les TSHM se sont réunis au niveau professionnel pour essayer de construire leur fonction par le bas, autour d’une plateforme de TSHM. Ils ont commencé par adopter les principes de la PS de France. Cette plateforme a rédigé une charte pour mettre en avant ses missions de travail social et refuser la mission de surveillance .